Canoë dans les gorges de l'Hérault

Profitez d'une nature préservée
Descente en canoë des gorges de l'Hérault

Les gorges de l'Hérault

Situées au nord du département de l’Hérault, fleuve méditerranéen côtier du Sud de la France, appartenant à la région Occitanie, les gorges de l’Hérault restent un des bijoux de ce fleuve.

location de canoë et kayak, descente des Gorges de l'Hérault

Le département de l’Hérault est limitrophe des départements du Gard au nord-est, de l’Aude au sud-ouest, de l’Aveyron au nord et du Tarn à l’ouest, il borde la mer Méditerranée au sud.

Le département de l’Hérault est traversé par plusieurs fleuves côtiers qui prennent naissance dans les contreforts sud du Massif Central pour se jeter dans la mer Méditerranée après un parcours d’orientation générale nord-sud assez bref et à fort dénivelé. Les principaux sont d’Est en Ouest le Vidourle, qui marque la limite avec le département du Gard, l’Hérault, qui a donné son nom au département, et l’Orb qui arrose Béziers.

À l’ouest, la vallée de l’Aude, fleuve de 224 km issu des Pyrénées, dont le cours est orienté ouest-est, forme la limite avec le département du même nom.
Ces fleuves ainsi que leurs affluents sont caractérisés par leur régime, pluvial dit « cévénol », marqué par de brusques variations de débit entraînant des crues soudaines et importantes.
Le fleuve Hérault prend sa source à 1435m d’altitude sur le Mont Aigoual, dans le Gard, puis parcourt le département de l’Hérault (à qui il a donné son nom) du Nord au Sud avant de se jeter dans la Mer Méditerranée à Agde.

location de canoë et kayak, descente des Gorges de l'Hérault

Ce fleuve à parcours assez bref et à fort dénivelé mesure seulement 147,6 km depuis sa source jusqu’à son embouchure, pour une moyenne globale estimée à 6,5 % de pente.
Sur son chemin et au fil des années il a creusé des kilomètres de gorges dans les nombreux massifs calcaires, qu’il érode au fil du temps, dont certaines ont su rester sauvages et naturelles.

Nous parlerons dans ce dossier plus particulièrement des Gorges de l’Hérault qui se situent entre Laroque et St Bauzille de Putois qui ne sont pas les plus sauvages et isolées mais qui restent un des bijoux de ce fleuve.

Entre le Massif du Thaurac, lieu incontournable des grimpeurs et des spéléologues de la région et le Mont St Mécisse, l’Hérault a creusé son lit pour créer ces gorges magnifiques.
Découvrons maintenant la géologie du milieu : le Massif du Thaurac, ce « bloc » de calcaire a une géologie particulière. En effet, il renferme une multitude de grottes et expose ses falaises escarpées.

Situé dans la haute vallée de l’Hérault, il mesure environ 5 km², et se dresse au-dessus du fleuve, à près de 500 m d’altitude. Couvert d’une végétation traditionnelle de garrigue, où domine le chêne vert, cet îlot calcaire, entouré de falaises, est un paradis pour les grimpeurs (escalade) avec pas moins de 610 itinéraires de 10 à 120 m. La multitude d’avens et de grottes dissimulés sur tout le massif en a fait un lieu de refuge depuis la nuit des temps, de l’homme de Neandertal aux Maquisards en passant par les Camisards (plus de détail dans Histoire et Patrimoine). La grotte la plus célèbre est celle des Demoiselles dites des Fées. Explorée pour la première fois en 1780, et exploitée depuis 1931 à l’aide d’un funiculaire, elle se visite toute l’année.

Ce gigantesque réseau karstique créé par l’eau dans le Thaurac mais aussi sur la plupart des massif calcaires que le fleuve de l’Hérault entaille sur sa route en fait un fleuve à régime pluvial qui peut se transformer en une véritable force de la Nature au moment des « épisodes cévenols ».

Le massif du Thaurac se présente sous la forme d’un plateau triangulaire isolé entre les bassins crétacés de Ganges au nord et de Montoulieu au sud.
Il émerge de 200 m au-dessus des vignobles par des parois rocheuses verticales interrompues par la saignée d’un pittoresque défilé au fond duquel se faufile l’Hérault. Il culmine à 487 m au « Bosc du grand Serre ».

Malgré la profonde entaille que lui impose ce fleuve il se prolonge morphologiquement vers le sud-ouest en une unité bien individualisée dont le « Rocher de Sion » constitue le site principal. Ce secteur isolé est couramment dénommé par les spéléologues sous le nom de Montagne d’Agonès, il s’appelle en réalité le Mont Saint-Mécisse.

Effilé dans sa partie nord-est, le plateau du Thaurac d’aspect tabulaire (plat), est profondément entaillé de lapiazs dont les formes très développées livrent accès à de nombreuses cavités.
Les plus connues, la grotte des Demoiselles et l’aven-grotte des Lauriers sont des cavités très anciennes, vestiges représentatif typique des karstifications de la région ici apparentés à celles du massif de la Séranne. Ces deux cavités qui présentent de vastes salles concrétionnées sont exploitées et ouvertes au public.